Juventus Turin 1982-1985

 

 

 

Titres remportés :

  
  • 1 Coupe des Champions : 1985
  • 1 Coupe des Coupes : 1984
  • 1 Coupe intercontinentale : 1985
  • 1 Supercoupe de l'UEFA : 1984
  • 1 Championnat d'Italie : 1984

 

En résumé

L'arrivée du Français Michel Platini en 1982 coïncide avec le début de la grande période des « bianconeri » qui reportent 6 trophées en l'espace de trois années, dont 2 Coupes d'Europe, en l'occurrence 1 Coupe des Champions et 1 Coupe des Coupes.
La formation transalpine s'appuie également sur certains Champions du Monde italiens (ZoffScirea, Cabrini, Tardelli et Rossi) et le Polonais Boniek. Zoff arrêtera sa brillante carrière à la fin de la saison 1982-1983 et sera remplacé par le gardien Tacconi.

La Coupe des Champions remportée contre le FC Liverpool 1985 laissera toutefois un goût amer aux Turinois puisque 39 supporters italiens trouvèrent la mort à la suite des charges des hooligans anglais avant même la rencontre.

 

Arrivée de Trapattoni en 1976

En 1976, l'entraîneur Giovanni Trapattoni arrive en provenance de l'AC Milan et permet à la Juventus Turin de monter en puissance et de décrocher dès la première année un titre de champion d'Italie mais également une Coupe UEFA, ce qui constitue le premier titre européen du club.
Par la suite, la Juventus gagne trois nouveaux scudettos en 19878, 1981 et 1982 et continue son ascension.

 

1982-1983 : Echec contre Hambourg

La Juve débute le championnat italien 1982-1983 avec l'arrivée de deux renforts, le Français Michel Platini et le Polonais Zbigniew Boniek qui marqueront la formidable épopée de l'équipe piémontaise. Platini s'intègre parfaitement dans le dispositif de Trappatoni et devient le meilleur buteur du championnat avec 16 réalisations. La Juventus finit l'exercice à la deuxième place derrière l'AS Roma mais gagne la Coupe d'Italie et se qualifie pour la finale de la Coupe des Champions. Cette finale face aux Allemands d'Hambourg est néanmoins un échec pour les Italiens qui encaissent dès la 7ème minute un but à la suite d'une frappe imparable de Magath et ne retourneront pas la situation.

Onze de départ de la Juventus contre Hambourg en 1983. Crédit image : Nicolas Wyss.  

 

1983-1984 : victoire en Coupe des Coupes

En ayant remporté la Coupe d'Italie 1983 et en finissant à la deuxième place du championnat de Serie A 1982-1983, la Juventus est contrainte de disputer la Coupe des Coupes. Après un premier tour aisé dans cette compétition face aux modestes Polonais du Lechia Gdańsk, les Italiens connaissent de grandes difficultés pour venir à bout du Paris Saint-Germain et se qualifient grâce à leurs buts marqués à l'extérieur (2-2, 0-0). En quarts de finale, le tirage leur est clément puisqu'ils héritent des Finlandais du Haka Valkeakoski et ils gagnent à deux reprises par un but à zéro. La demi-finale est un combat face aux Anglais de Manchester United, finalement remporté grâce à leur victoire au match retour (1-1, 2-1).
En finale, les coéquipiers de Sciera effacent en partie leur désillusion de la saison précédente face à Hambourg puisqu'ils battent le FC Porto sur le score de 2-1, grâce notamment à des réalisations de Vignola et de Boniek.
Le championnat de Serie A est également une réussite pour les Bianconeri qui remportent un nouveau scudetto en finissant à deux longueurs devant l'AS Roma. Michel Platini se distinguant encore en finissant une nouvelle fois meilleur buteur du championnat avec 20 buts.

Onze de départ de la Juventus contre le FC Porto en 1984. Crédit image : Nicolas Wyss.

 

1984-1985 : La première Coupe des Champions

La saison 1984-1985 des joueurs de Trapattoni est quelconque au niveau national puisqu'ils terminent à une décevante sixième place. Michel Platini réalise pourtant une belle saison puisqu'il finit pour la troisième année consécutive meilleur buteur du championnat avec 18 buts inscrits.

Les Turinois vont se rattraper en remportant la Coupe intercontinentale le 8 décembre 1985 face aux Sud-Américains d'Argentinos Juniors. À L'issue du temps réglementaire, le score est de 2-2 et les hommes de Trappatoni font finalement faire la décision aux tirs aux buts.

En Coupe des Champions, les deux premiers tours ne sont qu'une formalité pour les Champions d'Italie qui balaient les Finlandais du FC Ilves Tampere (4-0, 2-1) puis les Suisses du Grasshopper Zürich (2-0, 4-2). En quart de finale, les Italiens battent lourdement le Sparta Prague et la défaite du match retour (1-0) ne réprésente qu'un banal accident.
Au stade des demi-finales, le tirage au sort leur réserve les Girondins de Bordeaux qui domine à ce moment-là le football hexagonal. Le match aller a lieu au Stadio Comunale de Turin et les Italiens font le plus dur en infligeant un sec 3-0. Le match retour n'est cependant pas une partie de plaisir puisque les Français près de l'exploit en gagnant 2-0.

En finale de la Coupe des Champions, la Juventus affronte les Anglais de Liverpool qui sont les tenants du titre à Bruxelles dans le stade du Heysel. Ce match devait être une fête et restera malheureusement marqué comme l'une des plus grandes tragédies de l'histoire du football. Une heure avant le coup d'envoi, certains hooligans anglais chargent les supporters italiens. 39 d'entre-eux perdront la vie sans que les policiers belges puissent réagir.
Le match a tout de même lieu et les Italiens s'imposent 1-0 sur un penalty transformé par Platini. Les joueurs italiens apprennent après le match qu'il y a eu de nombreux morts et leur joie est bien entendu immensément atténuée par cette tragédie humaine.

Onze de départ de la Juventus contre Liverpool en 1985. Crédit image : Nicolas Wyss. 


Le déclin de la Juventus

Malgré un nouveau titre de Champion d'Italie lors de la saison 1985-1986, la Juventus va progressivement décliner et ne retrouvera les sommets qu'au cours des années 1990.

 

Feuille de match et résumé : Juventus Turin-Girondins de Bordeaux 1985