France 1998-2000


Titres remportés :

  
  • 1 Coupe du Monde : 1998
  • 1 Championnat d'Europe des Nations : 2000

  

En résumé :

À la suite de la non-participation de la France à la Coupe du Monde 1994, Aimé Jacquet reprend les rennes des Bleus et bâtit une équipe qui va se sublimer lors du Mondial 1998 disputé sur ses terres. Zidane et ses coéquipiers offrent ainsi un premier titre mondial à l'Hexagone et cerise sur le gâteau, les Bleus remportent également le championnat d'Europe des Nations deux années plus tard à la suite d'un incroyable dénouement contre l'Italie.

Le cataclysme du 13 novembre 1993

Au mois d'octobre 1993, la France qui a été désignée pour organiser la Coupe du Monde 1998, est quasiment qualifiée pour la Coupe du Monde 1994 qui se déroulera aux États-Unis. Cette compétition est censée préparer la formation tricolore en vue de la Coupe du Monde 1998.

Alors que les Bleus sont en tête de leur groupe de qualification, il ne leur manque qu'un point pour assurer leur qualification alors qu'ils ont encore deux matchs à disputer à domicile, le premier contre Israël et le second contre la Bulgarie. En menant 2-1 contre Israël à huit minutes de la fin du match, les Bleus ont un pied et demi aux États-Unis. L'impensable va alors se produire et les Israéliens en état de grâce vont marquer à trois reprises, obligeant la France à disputer un match couperet contre la Bulgarie.

Le 17 novembre 1993, Papin et ses coéquipiers reçoivent les Bulgares la peur au ventre puisqu'une défaite des joueurs tricolores qualifierait la Bulgarie. Les Français ouvrent le score par l'intermédiaire de Cantona et se rassurent quelque peu. Malheureusement, les Bulgares égalisent en fin de première mi-temps à la suite d'un corner repris victorieusement de la tête par Emil Kostadinov. Durant la seconde mi-temps, les Français ne parviennent pas à forcer la décision et s'exposent à un coup du sort. Dans les dernières secondes du temps réglementaire, les hommes de Gérard Houllier obtiennent un coup franc dans le camp adverse. Ginola le joue rapidement avec un coéquipier et centre dans une zone où aucun Français ne se trouve. Les Bulgares n'ont pas le choix, remontent rapidement le ballon et un de leurs joueurs lance en profondeur Kostadinov. Celui-ci prend le meilleur sur la charnière centrale composée de Roche et Blanc puis parvient à décrocher une frappe puissante en rentrant dans les seize mètres. Lama est impuissant et ne peut que constater les dégâts. La France ne participera pas à cette Coupe du Monde organisée pour la première fois par les États-Unis.

 

Jacquet aux commandes

Au lendemain de ce cataclysme, Houllier ne conservera pas son poste et Jacquet aura la mission de de mener les Bleus dans un premier temps à l'Euro 1996 puis de les préparer en vue de la Coupe du Monde 1998. Jacquet s'appuie alors sur une jeune génération et mise beaucoup sur un certain Zinedine Zidane qui avait effectué des débuts tonitruants en amical avec la France au mois d'août 1994 en marquant à deux reprises lors de son entrée en jeu contre la République tchèque.

Jacquet va également rester fidèle à ses principes en misant sur la notion de groupe et a le courage d'écarter les stars telles que Cantona, Papin et Ginola qui pourraient être selon lui néfastes pour l'harmonie de son équipe.

 

Euro 1996

En se qualifiant pour l'Euro 1996, les Français emmenés par Zidane et Djorkaeff, passent la phase de groupes en battant notamment la Bulgarie puis rencontrent les Pays-Bas en quart de finale. Au terme d'un match engagé où aucune des deux équipes n'a ouvert la marque, la décision se fait aux tirs aux buts. Les Français remportent l'exercice et affronteront la République tchèque en demi-finale. Une nouvelle fois, les Français ne parviennent pas à trouver l'ouverture et sont contraints de passer par les tirs aux buts. Les Tchèques, révélation de cet Euro, sont plus inspirés et éliminent les Bleus.

 

Préparation pour la Coupe du Monde 1998 et critiques

Malgré un Euro 1996 plutôt réussi, la pression est grande sur les hommes de Jacquet avant cette Coupe du Monde 1998 organisée par la France. Jacquet va alors être la cible des médias français lui reprochant notamment sa frilosité et son manque de charisme...

Certes, les derniers résultats avant la Coupe du Monde 1998 sont mitigés mais le sélectionneur français est l'objet d'une campagne de dénigrement particulièrement violente.

 

Triomphe lors de la Coupe du Monde 1998 

Le tournoi commence plutôt bien pour la France qui gagne aisément son ticket pour les huitièmes de finale en remportant ses deux premiers matchs contre l'Afrique du Sud (3-0) et l'Arabie Saoudite (4-0). Ces victoires laissent toutefois des traces avec les blessures de Guivarch et de Dugarry mais c'est surtout l'expulsion de Zidane pour un geste revanchard conte l'Arabie Saoudite qui est vécue comme étant catastrophique, obligeant les hommes d'Aimé Jacquet à se débrouiller sans lui lors des deux matchs suivants.

Le dernier match de poule contre le Danemark permet aux Bleus qui alignent "une équipe bis" d'obtenir la première place du groupe après une victoire sur le score de 2 à 1.

En huitièmes de finale, la France affronte le Paraguay sans Zidane qui purge son deuxième et dernier match de suspension. L'attaque tricolore bute sur Chilavert, le portier adverse, qui est dans un grand jour et contraint les Bleus à disputer les prolongations après 90 minutes sans but. C'est finalement Laurent Blanc qui délivre les siens à la 117ème minute profitant d'un travail préparatoire de Robert Pires et d'une remise de la tête de Trezeguet.

En quart de finale, le retour de Zidane tombe à point nommé puisque l'adversaire est un des favoris de la compétition, en l'occurrence l'Italie. La rencontre est âpre et bien que légèrement dominateurs, les Français n'arrivent une nouvelle fois pas à trouver l'ouverture. À l'issue du temps réglementaire, le score étant toujours de 0-0, les prolongations ne permettent à l'une des deux équipes de trouver la faille. C'est donc les tirs aux buts qui vont décider du sort de la rencontre. Le Basque Lizarazu manque sa tentative mais son abattement est de courte durée puisqu'un italien en fait de même juste après lui. Finalement, les Bleus s'imposent lorsque le romain Di Biagio envoie une mine sur la transversale de Barthez.

En demi-finale, la France retrouve la Croatie et se retrouve menée en début de seconde mi-temps à la suite d'une accélération croate et d'une réalisation de Suker. Thuram, le latéral droit tricolore, va alors jouer les sauveurs en marquant à deux reprises, lui qui n'avait encore jamais marqué en équipe de France. La fin de match est marquée par l'expulsion de Laurent Blanc pour un geste brutal à l'encontre d'un joueur croate, ce qui le privera de la finale.

La France a gagné sa place en finale du Mondial organisé sur ses terres et a le privilège d'en découdre avec le Brésil, champion du Monde en titre, emmené par Ronaldo, son nouveau prodige. Contre toute attente, cette finale sera à sens unique. Les hommes d'Aimé Jacquet sont déchaînés et Zidane marque en première mi-temps deux buts de la tête sur des corners tirés par Petit et Djorkaeff. Après le thé, les Brésiliens tentent de revenir mais n'y arrivent pas. L'expulsion de Marcel Desailly ne changera rien. Au contraire, dans les arrêts de jeu, Petit se retrouve à la conclusion d'un contre initié par Dugarry et offre à la France sa première Coupe du Monde dans l'euphorie générale.

Onze de départ de la France contre le Brésil en 1998. Crédit image : Nicolas Wyss.

 

Euro 2000 : la confirmation

Lors de l'Euro 2000, la France fait partie des favoris au même titre que les Pays-Bays, co-organisateurs de la compétition avec la Belgique. 
La phase de groupes est passée sans encombre pour les Bleus qui perdent la "finale du groupe" contre les Pays-Bas lors du troisième match. En quart de finale, au terme d'un match intense contre l'Espagne, la France s'impose finalement 2-1 grâce à un coup franc magistral de Zidane et une réalisation de Djorkaeff. L'aventure continue ainsi pour les Bleus qui doivent en découdre au stade suivant avec la surprenante équipe du Portugal de Luis Figo. Barthez encaisse un but en début de match mais Henry égalise en début de seconde mi-temps. Le match est indécis et les deux équipes doivent passer par les prolongations pour se départager. À quelques minutes de la fin des prolongations, les Bleus tentent de forcer la décision. Wiltord se retrouve alors dans les seize mètres adverses et frappe dans un angle extrêmement fermé. Abel Xavier s'interpose et touche le ballon de la main. L'arbitre prend alors la décision d'expulser le défenseur portugais et de donner un penalty à la France. Zidane, alors au sommet de son art, ne manque pas l'aubaine et envoie sa formation en finale.

La finale du Championnat d'Europe des Nations est une nouvelle confrontation entre l'Italie et la France qui avait basculé en faveur des Bleus à l'issue des tirs aux buts deux années plus tôt. Les Italiens pensent tenir leur revanche lorsque Delvecchio envoie au fond des filets une action initiée par une subtile talonnade de Francesco Totti. Del Piero a également l'opportunité de doubler la mise mais manque son affaire face à Barthez.

Alors que tout semblait perdu pour les hommes de Roger Lemerre et que les remplaçants italiens savourent déjà leur succès, le nouvel entrant Wiltord égalise de manière inespérée dans les arrêts de jeu, le ballon passant sous le ventre du malheureux Toldo qui avait réalisé jusque là un tournoi remarquable. Les Italiens sont abattus et ne vont pas s'en remettre. Les Français marquent le but en or sur une magnifique action menée par deux autres remplaçants, à savoir Pirès qui déborde sur le côté gauche et adresse un centre repris magistralement par Trezeguet qui crucifie l'arrière-garde italienne.

Les Bleus réalisent ainsi le doublé Coupe du Monde-Championnat d'Europe des Nations et Lemerre aura réussi un coaching couronné de succès au cours de cette finale.

Onze de départ de la France contre l'Italie en 2000. Crédit image : Nicolas Wyss.

 


Lendemains difficiles 


Lors du Mondial 2002, les Français font partie des favoris et vont complètement passer à côté de leur tournoi. Quelques jours avant le début de la compétition, Zidane se blesse au cours d'un match amical face à la Corée du Sud, le laissant sur le flanc pour le début de la compétition. Cette absence s'ajoute à celle de Pirès, contraint de déclarer forfait à la suite d'une déchirure des ligaments croisés. Les Français subissent la loi du Sénégal (0-1), sont contraints au match nul contre l'Uruguay (0-0) puis s'écroulent face au Danemark (0-2). Il s'agit donc d'une sacrée déconvenue pour les Bleus qui se voyaient sans doute trop beaux.