Finale de la Ligue des Champions 1992-1993
   Olympique de Marseille-AC Milan : 1-0 (1-0)

 

 

 - 

26 mai 1993. Olympiastadion, Munich. 64 400 spectateurs.

Arbitrage : Kurt Röthlisberger (Suisse)

But : 44e Boli 1-0.

Avertissements : 32e Di Meco, 39e Lentini, 53e Boli, 70e Barthez

 

Composition des équipes :

Olympique de Marseille : Barthez, Angloma (61e Durand), BoliDesailly, Eydelie (78e Thomas), Di Meco, Sauzée, Deschamps, A. PeléBoksicVöller

Entraîneur : Raymond Goethals (Belgique).

AC Milan : Rossi, Tasotti, CostacurtaBaresiMaldini, Albertini, RijkaardDonadoni (55e Papin), Lentini, MassaroVan Basten (86e Eranio).

Entraîneur : Fabio Capello.

 

En 1991, l'Olympique de Marseille éliminait l'AC Milan en quart de finale de la Coupe des Champions (1-1 à San Siro, 1-0 au retour) et échouait en finale face à l'Etoile rouge de Belgrade aux tirs aux buts (0-0, 4 à 2 aux t. a. b.).

En 1993, l' OM a de nouveau l'occasion de devenir le premier club français à gagner une coupe d'Europe. Son adversaire est encore une fois l'AC Milan, vainqueur de la prestigieuse Coupe des Champions en 1989 et 1990.

Cette saison 1992-1993 marque un changement de taille dans l'organisation de la "Coupe aux grandes oreilles". La Coupe des Champions devient la Ligue des Champions et un système des poules remplace dans un premier temps les confrontations directes (matchs aller et retour).

Cette finale entre l'OM et l'AC Milan s'annonce passionnante et le peuple marseillais espère enfin pouvoir effacer la cruelle désillusion deux années plus tôt contre l'Etoile rouge de Belgrade.  

Il s'agit aussi d'un affrontement entre Berlusconi et Tapie, présidents des deux clubs et personnages incontournables à cette époque-là. 

Du côté de l'AC Milan, Van Basten est incertain car il a longuement été blessé et Gullit est finalement écarté au profit de Massaro. Papin, l'ancien Marseillais, commencera le match sur le banc. Pour ce qui est de l'OM, tous les joueurs cadres seront bien à ce rendez-vous capital.

Le début du match est clairement à l'avantage de l'AC Milan. Barthez, du haut de ses 21 ans, accomplit des miracles dans la cage phocéenne. Il repousse les tentatives de Massaro et Van Basten.

Les Marseillais parviennent par la suite à contrer les milanais et montent en puissance. À la 44ème minute, les Phocéens obtiennent un corner. Abédi Pelé le tire. Boli, au duel avec Rijkaard, s'élève très haut et place une tête qui prend Rossi à contre-pieds. 

La deuxième mi-temps est un combat pour les Marseillais qui resserrent les lignes et font parler leur solidité défensive autour du bloc constitué par Raymond Goethals, l'entraîneur phocéen. 

Les Milanais paraissent empruntés et Van Basten, à court de compétition, ne peut jouer les sauveurs. Papin, ''le traître'', rentre en jeu. La fin de match est épique. Les Marseillais ne fléchissent pas. L'OM remporte cette Ligue des Champions et permet à la France d'avoir enfin un club français gagner une Coupe d'Europe.

Crédit images : Nicolas Wyss.