Coupe du Monde 2014

Présentation de la deuxième demi-finale :

Pays-Bas  - Argentine 
8 juillet 2014


Si la présence de l'Argentine à ce stade de la compétition était attendue, il n'allait pas de soi que les Bataves parviendraient à se hisser en demi-finales. 
Plusieurs raisons peuvent expliquer ce scepticisme vis-à-vis des Néerlandais.

D'une part, ils n'ont pas été gâtés par le tirage au sort et ont hérité du groupe B en compagnie de l'Espagne, du Chili et de l'Australie. Le deuxième du groupe B devant affronter le premier du groupe A, un possible Brésil-Pays-Bas en huitièmes de finale représentaient un sérieux obstacle pour les Bataves. 

D'autre part, les vice-champions du Monde 2010 ont dû renouveler leur effectif et leur défense semblait passablement inexpérimentée pour ce tournoi.

Contre toute attente, Leur rencontre inaugurale contre l'Espagne a été une démonstration phénoménale (victoire 5-1) et a permis aux Néerlandais de démarrer de la meilleure façon leur tournoi. Ce match a également plongé l'Espagne, Champion du Monde en titre, dans le doute et la nouvelle déconvenue des Ibériques face au Chili (défaite 2-0) les a définitivement éliminés de la compétition. En finissant premiers de leur groupe, les Hollandais ont ainsi évité le Brésil en huitièmes et ont affronté le Mexique. Au terme d'une rencontre épique, les Bataves étaient menés face aux Mexicains mais ont eu les ressources mentales et le talent nécessaires pour renverser la vapeur dans le dernier quart d'heure en marquant à deux reprises.

En quarts de finale face à la surprenante équipe du Costa Rica, ils ont nettement dominé le match sans pour autant ouvrir le score. Louis Van Gaal a alors eu l'inspiration de sortir le gardien titulaire pour le remplacer par Krul qui a arrêté deux penalties lors de la séance des tirs aux buts, qualifiant son équipe pour les demi-finales.


L'Argentine a pour sa part gagné ses trois matchs de poule sans véritablement convaincre puisqu'elle s'est avant tout reposée sur Messi qui a fait la différence en marquant à quatre reprises. Le huitième de finale contre la Suisse n'a pas été de tout repos puisque les Helvètes ont joué de manière compacte et agressive et ont même eu deux grosses occasions d'ouvrir le score en première mi-temps. La suite du match a été dominé par les Argentins qui se sont longtemps cassé les dents sur la défense helvétique. Finalement, à la 117ème minute, Messi a fait parler sa classe par un accélération dévastatrice et a pu parfaitement décaler Di Maria qui a crucifié Benaglio, le dernier rempart Suisse. En quarts de finale, l'Argentine n'a guère tremblé face à la Belgique en ouvrant rapidement le score par Higuain et en contrôlant par la suite les timides assauts des Diables rouges qui sont passés à côté de leur match. Cette victoire argentine à néanmoins laissé des traces puisque Di Maria s'est blessé à la cuisse et est déclaré forfait pour la suite de la compétition. 

Cette demi-finale s'annonce indécise et sera également une opposition entre deux équipes moyennes pouvant s'appuyer chacune sur un joueur de classe mondiale, à savoir Robben pour les Pays-Bas et Messi pour l'Argentine.
Cette affiche est également la revanche de la finale de 1978, au cours de laquelle l'Argentine organisait le tournoi et avait gagné son premier titre mondial aux dépens des Pays-Bas avec une victoire 3-1.
L'entraîneur argentin Sabella pourra compter sur le retour d'Aguero qui débutera sans doute la rencontre sur le banc ainsi que celui de Rojo qui était suspendu pour le quart de finale. L'absence de Di Maria représente un coup dur pour les Argentins. 
En ce qui concerne les Hollandais, l'entraîneur Van Gaal devra se passer de De Jong, véritable plaque tournante au milieu du terrain qui a tendance à jouer de manière agressive. Xabi Alonso s'en souvient encore...